Toilettes sèches


Le déclic pour nos 40 ans...

En 2015, nous souhaitions fêter nos 40 ans, avec une centaines de personnes dans le jardin sur 2 jours...

 

Cool, mais tout ce petit monde doit faire ses besoins... et les aller-retours dans la maison, ça va pas le faire, surtout les chasses d'eau à répétition !

 

C'est de là qu'est partie l'idée des toilettes sèches, car nous avions déjà des amis qui en avaient installé chez eux, et puis nous en utilisons sur les festivals.


Avantages

  • Pas de plomberie (coût et travaux)
  • Pas de fuite d'eau
  • Pas de ploufs indiscrets ;-)
  • Pas d'éclaboussures désagréables :-(
  • Impossible de boucher les toilettes
  • Pas des milliers de particules dans l'air après avoir tiré la chasse d'eau
  • Bon composte
  • Dégradation très rapide
  • Pas d'odeur (sauf si vous suivez qq un dans le quart d'heure... logique...)
  • Economie d'eau !!!!!!!
  • Pas besoin d'enlever ses bottes pour rentrer dans la maison
  • La vue sur le jardin......

Inconvénients

  • Acceptation psychologique
  • Prévoir les copeaux ou autres compléments
  • Vider le bac
  • Un jardin pour composter

Découverte

La première fois que nous en avons utilisées, c'était en festival en 2012.

 

Faire la queue pour aller aux toilettes est désagréable, passer 10mn à attendre son tour et arriver dans des toilettes sèches... est un moment de solitude. On est face à ce trou déjà plein de copeaux et l'odeur est très désagréable puisque nous passons les uns derrière les autres (et que, justement dans les festivals, la crotte est fort parfumée.... acide je dirais, ça pique le nez...).

 

Ensuite, l'approche est difficile psychologiquement, puisque l'on s'assoie au dessus d'un bac plein de copeaux qui cachent des dizaines de crottes (l'odeur les dénonce)...  savoir que nos parties les plus intimes surplombent ce tas d'excréments, c'est exactement ça le problème, ce fameux blocage psychologique, pour peu que le bac ne soit pas vidé depuis un moment.... c'est proche, moins de 20cm.... Mais on n'en peu plus.... alors pisser sur un tas de copeaux caché entre 4 planches ou faire dans un coin du festival au risque de se faire surprendre.... le choix est tout fait !

 

Et le réflexe chasse d'eau est immédiat ! oups... à oui, des copeaux ! et hop une poignée et au suivant ! on sort des toilettes avec cette vieille compassion pour le suivant due à l'odeur et à l'épreuve pour les initiés...

 

En tous les cas, le festival est bien le lieu idéal pour installer des toilettes sèches, mais vraiment pas idéal pour découvrir cette "technologie" des siècles derniers !

 

Alors que chez un particulier, peu de passage à la journée, donc plus d'odeur...


Installation

Certain font le choix radical de l'installer dans leur maison... Ils ont bien raison, mais nous avons d'abord fait le choix du jardin pour apprivoiser ce système.

 

Quelques heures de réflexion sur l'emplacement.... pas trop loin de la maison, pas trop près des lieux de sieste et de repas au jardin (les bruits indésirables peuvent gêner les autres et le coupable lui même), et enfin choisir un emplacement où la vue sera agréable ! Eh oui.... les hommes vous le diront !!! quoi de plus agréable que de se soulager face à la nature (nous les femmes avons toujours ce sentiment de peur et on guette l'indiscret plutôt que de profiter du papillon qui passe !).

 

En 2 jours, Manu avait monté l'ensemble en s'inspirant des quelques photos sur le net, mais surtout de son imagination très fertile !

 

Le bac récupérateur : on le sort par l'arrière des toilettes en soulevant une trappe. C'est une vieille poubelle coupée en deux, l'idée de Manu est de pouvoir traverser le jardin sans porter ce bac plein d'excréments. Les grosses roulettes sont idéales et la taille largement suffisante pour ne pas le vider trop souvent. Il a fait un système de barre que l'on vient clipser pour tirer le tout. Ingénieux mon chéri !!

L'idéal est d'avoir un bac émaillé, car le plastique finit par devenir poreux avec les années et à priori retenir les odeurs, après 2 ans d'utilisation, pas de problème.

Il est conseiller de vider le bac toutes les semaines.... nous c'est quand il est au 3/4 plein (entre 3 semaines et 1 mois) et ça ne sent rien du tout, sauf quand on le renverse.... pouuhhhaaaa ! le temps de le recouvrir de terre et hop nickel, ni vu ni connu et dans quelque temps un terreau parfait !

Certain, comme mes parents, ont fait le choix de réaliser un très gros trou et de le vider, cela fait plus d'un an qu'ils l'ont et en fait le tas se décompose et s'affaisse au fur et à mesure, donc jamais vidé.

 

L'assise : certain font le choix d'un simple trou dans une planche à l'ancienne, nous on a préféré l'hygiène du plastique lessivable, c'est plus doux au contact, mais froid l'hiver.

 

Le bac à copeaux : on trouvait sympa l'idée de la réserve juste à côté de l'assise, dans un vieux pot de chambre. Les rebords du pot permettent de le suspendre à travers la planche et puis c'est rétro... Mes parents, séduit par l'idée des toilettes au jardin, ont eu l'idée d'un bac en bois avec une trappe vers l'extérieure pour l'alimenter en copeaux et autres matières sèches. Pour prendre les copeaux et les jeter dans les toilettes, rien de plus hygiénique que ses propres mains, certains prennent un récipient, mais tout le monde le touche, c'est microbieux...

 

La matière sèche : Les menuisiers fournissent gratuitement copeaux ou sciure, mais la tonte, des feuilles, la paille, du journal ou des bouts de carton sont aussi efficaces et peuvent compléter la matière sèche.

 

La pédale : Une invention de Manu, indispensable pour laisser la vieille porte ouverte ! un petit bout de bois à hauteur du pied, qui pivote grâce à une vis et vient bloquer la porte.

 

Le planché : Pour isoler du sol, nous avons mis une palette à lattes serrées, c'est chaleureux et isole de l'humidité du sol en hiver.

 

La déco : Pour isoler un peu et rappeler les vieux toilettes des nos grands-parents, nous avons retrouvé des journaux des années 60 et avons tapissé une partie des murs en bois. Manu a percé un cœur à l'ancienne en haut de la porte, on a récupéré une vieille fenêtre qui amène un peu de lumière et j'ai réalisé un rideau avec un vieux tissus. En brocante, nous avons chiné de vieux bouquins de jardinage, de vieux porte manteaux... on a installé quelques étagères pour le PQ, et voilà une impression d'authenticité comme chez nos anciens. D'ailleurs ces derniers utilisaient des journaux pour s'essuyer...

Eco : nomie et logie

Le nerf de la guerre c'est la consommation d'eau excessive... préserver nos ressources pour le futur.

 

Une chasse d'eau c'est environ 6 litres d'eau en moyenne, ce qui représente environ 6m cube par an et par personne, à nous 4 nous économisons environ 24m cube par an.

 

D'après plusieurs études, un français consommerait environ 160 litres d'eau par jour tous besoins confondus, ce qui représente plus de 58 m cube par an pour une seule personne.

 

L'eau des toilettes représenterait entre 30 et 40 % de la consommation d'eau en France.

 

Depuis 2012, dans NOTRE foyer, nos besoins en eau PAR AN sont de 60m cube à NOUS QUATRE !!!! (la conso d'un seul français...).

 

Sachant que nous n'avons pas de piscine, pas de baignoire, nous prenons des douches rapides, simples et sans excès. Et enfin pour le jardin, nous avons la chance d'avoir un puit et d'habiter dans les marais.

Conclusion

Alors si vous avez un jardin...

  • Faire ses besoins dans la maison, enfermé entre quatre murs, entendre les ploufs, risquer l'éclaboussure ou l'écho des vents, s'enmicrober avec le poussoir ou les particules de la chasse d'eau....
  • ou bien faire ses besoins face à son jardin, observer la nature, écouter les oiseaux et lire quelques lignes, tout en économisant et préservant la planète... en vidant de temps en temps le bac pour nourrir son potager... et puis nous qui sommes souvent au jardin, rester dehors sans enlever ses bottes et ses vêtements pour se soulager, c'est un soulagement !

Depuis quelques années nous avons choisi et c'est que du bonheur...


Vos commentaires

Écrire commentaire

Commentaires: 0